Être humain

Qu'est-ce que cela signifie d'être humain? Quel sens donner à sa vie? 

Suffit-il de se lever le matin, de déjeûner, d'aller travailler, de nourrir sa famille, de garder des bonnes relations autant que possible, de ressentir nos hauts et nos bas, de revenir chez soi et de manger à nouveau, se reposer...etc.

Ou de faire son travail spirituel, manger mieux, pratiquer de la méditation, du sport, prier, vibrer, procéder à sa guérison émotionnelle, penser, voyager ... etc.

 

Un jour je posais cette question à un Manos ("chaman") Kogi de Colombie. Sa réponse fut si simple que cela a soufflé mon esprit en un instant!

À la question : "Quel est le sens de la vie? Y-a-t'il une vie après la mort?" Le Kogi répondit: "Nous sommes ici pour vivre le bonheur."

Et à la question: "Et si ce bonheur ne vient pas, que faire?" Sa réponse fut: "la pratique spirituelle"

À la question: "En quoi consiste la pratique spirituelle?" Sa réponse fut: "méditer". 

Et à la question: "Et si cela ne suffit pas à calmer mon esprit?" La réponse fut: "Nous jouons un peu de musique...comme ça (il prit son harmonica et joua un air de musique vraiment simple)... et la joie revient."

 

Nous ne sommes pas sur Terre pour nous faire des soucis, et encore moins pour rester attacher à ceux-ci! Trop de personnes continuent pourtant de croire que c'est en s'attardant sur ses soucis que la solution va arriver. Mais c'est exactement le contraire qui survient. Quand on reste dans l'état émotionnel qui a créé notre malheur, nous l'entretenons. Et cela arrive beaucoup plus vite qu'il n'y paraît. Il est nécessaire de continuer à nourrir la voie de la simplicité, du bonheur et de la joie. En faisant des choses simples. C'est CELA être humain. Rire. Chanter. Danser. Penser peu. S'émouvoir peu. S'essouffler peu. Manger bien, léger. Dormir quand on en ressent le besoin. Regarder ce et ceux qu'on aime dans les yeux, sans insistance, sans besoin, sans demande particulière. Rester uni à la nature. Remercier.

Toutes ces choses éclairent l'esprit naturellement!

Quand j'ai demandé c'est quoi méditer, un autre Kogi me répondit: "C'est s'asseoir, comme ça, et penser à la nature, réfléchir sur ce qui est."

Il n'y a, pour ainsi dire, rien à faire! Désolé de le dire ainsi! Mais c'est si évident à mon esprit aujourd'hui que cet article pourrait ne durer que quelques lignes seulement! Ne rien faire procure déjà tellement de bonheur, car la plupart de nos activités (mentales, émotionnelles et physiques) sont généralement totalement hors de propos avec la vie elle-même. Shopping, questionnements, blessures, chaussures, emballages, décorations, discussions, compréhensions, manipulations, émotions, réactions, objets, sujets, querelles, dialogues intérieurs, disputes, masques, croyances, mélanges, interrogations... Mais comment fait-on pour remplir notre journée, notre temps avec tant de pollution? C'est cela qui nous fatigue et finalement créé la maladie.

Voyez-vous, lorsque l'on prend des vacances, on aime s'arrêter, regarder, contempler, respirer, aimer, manger, marcher, se reposer... et cela suffit vraiment à nourrir l'être. Pleinement. Pas besoin d'autres choses, n'est-ce pas?

 

Autre chose aussi. Lorsque nous éprouvons des émotions, nous passons généralement beaucoup trop de temps à cela. Imaginez que vous avez vécu une dispute ou un désaccord avec quelqu'un en journée. Cette querelle vous émeut, vous vous sentez frustré, stressé, en colère ou triste. Plus tard dans la journée, le corps bien entretenu dans cette pensée/émotion, vous rentrez chez vous et vous êtes toujours occupé à ressasser cette affaire qui est pourtant déjà loin derrière. Vous êtes moins attentif à votre entourage, à votre nourriture, à vous-même. Jusqu'au moment de se coucher, et là c'est pire encore, ces pensées sont encore plus présentes. Etc... 

Personnellement, même si presque tout le monde fait cela, j'affirme que ce n'est pas normal, et même que c'est une pathologie. Nourrir les pensées négatives d'un événement passé, au lieu de le régler simplement, nous pousse à devenir malade. Malade en pensées, en émotions et finalement physiquement. C'est pour cela que je dis que c'est une pathologie. On ne doit pas rester coincé inutilement, et à notre propre détriment, dans une pensée passée et négative. Cela ne sert à rien!

Si cela apparaît évident de le lire, interrogeons-nous tout de même pour savoir si nous faisons cela habituellement. Et nous verrons bien qu'en réalité nous avons fait cela presque toute notre vie! 

Nous savons maintenant ce qu'il nous reste à faire. Se dégager toute de suite de telles émotions ou situations. Sans aucun effort. Lorsque nous comprenons ou ressentons ces états dans leurs premiers stades de création. Dès que nous ressentons/pensons quelque chose de mauvais pour nous, nous n'avons qu'à nous en extraire rapidement. Nous tourner vers un bonheur plus proche, une vérité plus gratifiante, une pensée plus pure. 

Il ne s'agit pas de nier les émotions négatives, ni de vivre dans un bonheur artificiel. Mais bien de créer la vie que l'on souhaite, de tourner son regard vers ce bonheur. Et ce bonheur qui est un état d'esprit devient très vite une réalité palpable, simple et durable. 

Simple... Durable... que ces mots sont doux à entendre, n'est-ce pas?!

Img 0511